Ethan & Jezabel

 :: RPS en Cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hime OfCookie
Licornistique Ridiculous
Hime OfCookie
Points Bonus : 197
Feat Reservé : Beatriz Mariano ▌ Mélanie Martinez ▌Polly Ellens ▌
Age : 26
Lun 19 Mar - 12:26

TITRE ICI
prénom nom & prénom nom
« Oui voilà, plus déstructuré que lisse » tu le regardes perplexe avant de sourire béatement, tu ne sais vraiment pas faire semblant c'est affligeant. Avec se sourire il comprend vite que tu le prends pour un « con » non soyons polis pour un Idiot. Derrière, tu vois Zach lever les pouces pour t'encourager à être plus « sociable » avec les pecnots du coin. Tu te revois encore lui parler de tes coups de gueule quotidien avec les entourages du port. De vrais Q.I de moule si on t'écoute. Alors, pour apaiser les choses, car en plus d'être exécrable tu es aussi une sorcière et qui plus est une femme seule qui joue les mecs aux gros bras avec ton business. Plusieurs points qui sont contre toi. Zach à eu l'idée de faire des promotions pour des tatouages, tu as pris pas mal de temps avant d'accepter, ton travail au rabais pour des gros phoques en marcel tâchés. Tu as ravalé ta fierté pour le bien de ton entourage. Car, en effet les disputes avec ce monde de macho deviennent de plus en plus insupportables à la longue, non seulement pour Misha pour la suite de votre vie. Tu fais donc passer le mot grâce à Zachary qui se donne une joie de se mettre en scène pour les attirer et les convier à se faire marquer à vie de symbole et de prénom de femmes en tous genre. Tellement banal et exaspérant, des Louise, Jenny, Alice et tu en passes. Des enclumes, crânes de mort, moto, flamme et même un dinosaure. Tu enchaînes les petits travaux sans imagination et leur fais un rabais monstre pour voir leur sourire de fumeur te remercier et dire que tu n'es pas si « salope » qu'ils le pensaient.

Tu ne retiens pas vraiment les bénéfices de ce type d'événement « flash tatou » juste un ras-le-bol du « je veux que tu me fasses le prénom de ma copine sur le bras » c'est peut-être ça le début de l'enfer, après tout l'enfer ce sont les autres ne dit-ont pas ? « Ben tu vois ! Ça marche plutôt bien, en plus ils se font une bonne image de toi ! » Tu fusilles Zach du regard, tu ne voulais pas dire ce que tu penses à cet instant, car les mots suivront la parole et le pauvre homme sous ta machine a tatouer va se voir scalper de sa peau pendant que lui fait son ombrage. Celui-ci comprend facilement qu'il ne vaut mieux pas insister. Tu retournes sur la fin de ce travail espérant qu'il sera le dernier de cette soirée infernale. Stoppant la machine tu la pauses délicatement sur ta table tu enlèves tes gants et prends un morceau de papier essuie main, ton spray antiseptique moussant pour asperger le tatouage. Le nettoyer et le désinfecter en passant le papier avant de l'inspecter minutieusement pour voir s'il n'y a pas de ligne à reprendre ou d'ombre à accentuer. « C'est long putain » tu te pinces les lèvres et remontes le regard vers ce type. « Si tu voulais un truc de merde comme ton dauphin mutant a bosse sur la poitrine, fallait pas venir ici chéri.... » Celui-ci fronce les sourcils et tu retournes à la finition de ton oeuvre, du moins ce que tu veux donner comme impression, ce n'est pas dans ton style de dessins ou de commande, mais même cela tu veux en ressortir un travail parfait.

« C'est bon, je vais le filmer, tu le gardes jusqu'à ce que tu rentres chez toi, tu évites de le mouiller pendant une semaine. Couvre-le, manche en coton si tu veux pour dormir. C'est juste histoire que l'encre qui va dégorger ne tâche pas tes draps. Sinon tu as ce qu'il faut pour la cicatrisation ? » Le client en question te regardes comme si tu lui parles chinois. Tu comprends que le niveau d'hygiène de son boui-boui qui lui faisait ses autres tatouages n'excède pas le spray d'ambiance. Tu n'as pas envie de lui faire la moral ou de te prendre la tête, tu vas dans ta salle de bain et lui met -comme à la plupart de ceux qui sont passés par là- de la crème pour la peau cicatrisante. Souvent utilisée pour les fesses de bébé. « Achète ça si l'envie te prend demain et tu en passes tous les jours pour facilité la cicatrisation et permettre à la peau de ne pas cartonner » tu le laisses regarder le tube comme un poisson qui découvre un gland avant de le reprendre et le poser sur la paillasse de ton petit salon personnel. « Bon ça te fera quatre-vingts dollars » sont sourire en dis long sur la joie de payer à rabais un travail parfaitement exécuté. Tu le guides au rez de chausser derrière ton comptoir Aka bureau de travail tu attends ses billets et lui rend la monnaie en conséquence. Celui-ci hoche la tête pour te remercier et s'en aller. Tu ranges soigneusement l'argent dans ta petite caisse et soupires grassement. « Le jour où tu as d'autre idée comme ça, va te faire foutre mais vraiment et dis toi que je reste polis là ! » Tu claques furieusement le capot de la boite en fer comme fin de phrase avant d'entendre la voix de ton ange beugler là haut « MMMMAAAANNNNN' ça pue c'est immonde !!!! Le tabac froid et la transpi merde quoi ! » Tu te frottes les yeux pour éviter de dire ce que tu regretterais plus tard « t'as qu'à passer un coup de pschitt sens bon, c'est dans tes cordes ça non ? »

« Si t'arrêter de ramener des gens chelou chez nous ça sentirait pas comme ça aussi !!!! » Faites des crêpes pas des gosses, c'est bon, ça fait plaisir, mais ce n'est pas durable dans le temps. « OOUVRE LES FENETRES ALORS POUR AIRER BORDEL » tu reprends un peu de constance et toussote « et cette histoire de mecs chelou tu en discutes avec Zachary.... C'est SON idée pas la mienne » tu regardes l'initiateur de ce projet en question qui détourne le regard presque aussi agacé que toi. « Je vais pisser. » La soirée passe et heureusement pour toi l'heure de fin approche et aucun autre individu « chelou » à prit le chemin de ton entrepôt. Tu fais les comptes assez lessivée par ce rush de tatouage, malgré leur idée pathétique, tu t'es concentré pour chacun d'eux pour ne pas déroger au travail de qualité que tu veux imposer. "Heyo. Y'a quelqu'un ?" Et merde, un autre. Tu poses brusquement ton stylo sur la table et lèves la tête vers l'entrée et vois un énergumène chercher la vie dans ce monde de ferraille. Il n'y en a pas un qui rattrape l'autre sérieusement. Tu t'avances vers lui, les mains dans les poches, pas très avenante, après tout vu l'alcool qu'il dégage rien qu'en ouvrant la bouche pas besoin de l'aider pour aller mieux. Tu viens de passer la soirée avec lui rien qu'en respirant son odeur imbibée. « Je ne suis pas sûre que dans to..... » Tu t'arrêtes subitement, pourquoi tu t'emmerdes à le mettre en garde de ce qui pourrait suivre si tu le tatous avec cet état d'ébriété. Autant essayer de dire à ton chat de faire ses besoins dans les chiottes et de ne pas oublier de tirer la chasse derrière. Tu hausses les épaules et l'entraînes là-haut. Rebelote, tu le montes dans ta pièce aménagée, il te dit un semblant de dessin qu'il veut, ça ne change pas trop de ses comparses qui sont passés auparavant.

Et blablabla l'histoire se répète, les instructions pour la suite sont données, à lui de les suivre ou pas. La désinfection prend un peu plus de temps, il ne pisse pas le sang mais c'est quand même la mer rouge sur certains endroits. Tu décides de lui mettre un papier essuie main pliée en deux dessus pour absorber le sang. « Tien je te donne ça, tu le mouilles avec pour décoller le papier s'il est collé, pas d'eau juste ça » du sérum physiologique, pas agressif assez doux. Tu redescends, tu auras fais ton sport de la semaine à force de monter et descendre cet escalier. « Bon ça te fera 110 dollars, les détailles, l'ancre, le temps je ne peux pas faire moins cher. » Tous les compliments du monde ne changeront pas la valeur de l'argent, tu ne payes pas la vie de tous les jours via des compliments ! « C'est adorable, vraiment hein, mais la faut payer, j'aimerais fermer et me reposer tu vois » celui-ci t'annonce la couleur, tu déchantes, qui plus est en voyant ses canines, il ne faut pas être très futée pour savoir que ce qui est devant toi n'est pas vraiment humain. Ton visage se décompose petit à petit. Tu évites de croiser ce genre de race le plus possible, Roxanne n'a pas vraiment donné la meilleure impression possible sur ce type de personne. Ton sang ne fait qu'un tour, tu le laisses en plan et remonte les marches passant devant Zach il voit que quelque chose ne va pas, encore plus quand il te voit prendre le fusil à plomb. « WOWO WOWO qu'est-ce que tu fais là ! » Tu inspires et souris tendrement « t'es connerie de tatouage au rabais à ramener un putain de buveur de sang chez moi..... » Il t'arrache l'arme des mains, il ne faut pas se leurrer, avec ses années d'expérience, t'es une pucelle devant lui.

« Rend la moi ! » Celui-ci te fixe comme ton père le faisait à l'époque de son vivant « hors de question, tu ne vas pas dessouder tous les Vampires que tu croises sous prétexte qu'une t'as fait la misère » tu le regardes choquer. « Bien sûre que si, pourquoi je me gênerais !! » Lui te lance une pichenette sur le front assez violemment « parce que c'est illégale gamine, tu veux te retrouver en prison pour si peu ? Tu sais ce que veux dire mettre de l'eau dans son vin ? Si oui applique le. Celle que tu veux c'est Roxanne pas cet alcoolique en bas » tu grognes presque, faire la part des choses quand il s'agit d'un putain de vampire est assez difficile pour toi. « Pense à Misha, voir la cervelle d'un homme éclaté dans ton bureau est une image que tu veux quelle garde de toi, tu dois lui apprendre à faire la part des choses, entre le bien et le mal. Et tuer tous les vampires qui t'approchent n'est pas vraiment le genre d'éducation que tu devrais lui donner, je me trompe ? » Tu restes stoïque, évidemment que tu ne veux pas faire vivre ce genre de choses à Misha, mais c'est plus fort que toi, tu les détestes, tu n'arrives pas à avoir un jugement neutre sur eux. Comment réagir correctement quand l'une d'entre elle a foutu ta vie, ta famille en l'air. Tu as essuyé les cadavres de ta famille à cause d'elle. Et maintenant on te demande d'être calme et posée devant un individu de sa race. Évidemment mettre tout le monde dans le même panier n'est pas une solution, tu es la première à critiquer ceux qui te mettent dans le rôle de la fourbe et calculatrice sorcière du port. Comme si transformer les gens en crapaud était un passe-temps. « Très bien, mais là, il ne veut pas payer pour ce que je lui ai fait, je fais quoi je souris et je lui dis merci d'être venue ? Chérie tu veux bien surveiller qu'il se casse pas avant ..... » Ta fille descend et va se poser avec son téléphone surveiller l'invité pour ne pas qu'il se carapate avant l'heure.

Il roule des yeux « là sa concerne toute autre chose, fais comme d'habitude. » Il recule l'arme derrière son dos « sans arme ... » Râlant fortement tu redescends le voir. « Bon on va avoir un souci notable, tu ne peux pas payer et je ne te laisserais pas partir sans payer, on fait comment ? Je suis gentille, mais je ne tatoue pas gratuitement quand bien même ton sourire soit ravageur chéri. » Tu toussotes et passe de l'autre côté pour se mettre en face de lui « j'veux pas connaître tes soucis d'argent. Je veux mes 110 Dollars, après à toi de voir si tu me les donnes ce soir ou si tu veux subir un petit revers du mauvais payeur. Faudra pas revenir te plaindre à ce moment-là. » Tu lèves les bras comme pour te laver de toutes conséquences, tu as fini par mettre un coup de pied monumental à ceux qui s'amuses à ne pas te payer. Tu lèves les bras comme pour te laver de toutes conséquences, tu as fini par mettre un coup de pied monumental à ceux qui s'amusent à ne pas te payer. Leur tatouage en pénis humain, accompagné d'une douloureuse et déchirante souffrance comme si leur peau se consumait brusquement. Lorsque celui-ci se change en organe masculin. « La porte est là, mais je te rappelle que ne pas me payer sera de ta responsabilité quand à ce qui ce passera par la suite, ensuite les jours d'impayés seront comptés par un malus de 50 dollars chaque jour, à toi de voir maintenant. »

Tu hausses les épaules et le laisses cogiter avec le reste de neurones pas noyé par l'alcool qu'il lui reste. Celui-ci prend la facilité, du moins ce qu'il pense être facile. Tu le salues de la main comme un adieu. « Va y à voir des soldes à GAP sur les sous pull manches longues bientôt !! » Les jours passent et tu ne revois pas cette tête de sangsue. Il a dû décider de vivre avec un pénis humain sur le bras. C'est original, s'il l'assume tant mieux, mais d'un côté ça te gonfle, d'habitude les gens reviennent en rage et finissent par te payer. « heyyyy mais qui voilà !! » Ta tasse d'Irish chocolat dans les mains tu souris grandement, tu vas enfin être payée. Qui plus est avec les intérêts « alors on calcule les 50 dollars en plus par jour ? » Son regard veut tout dire. « Ça a bien cicatrisé sinon, pas trop complexé par la taille ? » Tu sirotes tranquillement ton breuvage amusée parce que tu vois en face.
date du RP
⇜ code by bat'phanie ⇝




Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Hime OfCookie
Licornistique Ridiculous
Hime OfCookie
Points Bonus : 197
Feat Reservé : Beatriz Mariano ▌ Mélanie Martinez ▌Polly Ellens ▌
Age : 26
Mer 2 Mai - 17:15
Comment dire que plus tu passe du temps dans ce rade, plus tu exècre cette race sanguinaire. Tu prends sur toi, vraiment, tu prends sur toi pour ne pas exploser et tout envoyer boulet. Ton coup de sang précédent à faillit te coûter ta place dans cet endroit. Encore un coup comme ça et tu peux dire au revoir le butin et les vacances à Disney que tu veux offrir à Misha. Respirant calmement tu essaies de mettre de côté tes différents et ta facilité à monter en pression dans ce contexte. Savoir garder son calme et faire ce pourquoi tu es venue. Tatouer et le faire gagner. Rejoint par ton acolyte de fortune, il fait baisser la tension et t’initie à un petit jeu d’échange comme au théâtre. Venant te rejoindre à ta table il t’y glisse des billets pour les paries en sa faveur. Evidemment sa suggestion sur le fait de mettre aussi des billets de ta poches t’es déjà passé en tête, autant miser gros vu les risques que vous prenez ce soir. Sa liasse mise dans le rebord de tes bas tu suis le mouvement et continue le spectacle pour être fiable aux yeux des autres. Remise à ta tablé tu commences à voir passer les bras et les pectoraux puant de sueur s’enchainer pour des petits dessins rapides et pas trop recherché vu leur Q.I. le matériel installé dans un confort rudimentaire, trois paquet de gants. Limite tu aurais préféré des gants stériles.

Un cœur, des têtes de morts, des os, tu jettes des coups d’œil vers chacun des combattants essayant de juger de leurs capacités. Celui qui t’intéresse n’est pas loin. Au contraire il semble avoir le regard tout aussi curieux sur ta personne. Baissant les yeux sur l’œuvre que tu étais en train de faire tu éponge l’encre en trop pour terminer les détailles d’une moto en flamme. Tu vas te ruiner en encre de couleur, tu espères que sa en voudra la peine. Prenant un vieux cendrier qui traine tu y stock les aiguilles usagées, en temps normal tu prends la peine de faire ça bien avec une boite DASRI. Rien à foutre, ici ils ne vont pas crever d’une infection au point ou ils en sont. Si ce n’est pas déjà fait pour les humains présents. « Tu sais faire autre chose que des croquis minables comme le sien ? » tu lèves les yeux et l’aiguille de la cuisse de cette demoiselle tout en le regardant tu poses la machine délicatement comme du cristal sur la table. « Je m’adapte à la commande du client, si celui-ci dépasse pas le niveau des petites voitures et des femmes à poils ce n’est pas de mon ressort….. Faut pas juger le talent de l’artiste, c’est les désirs du client qui sont discutables » tu le fixes de tes yeux pastels. « C’est pour parler art ou passer sous l’aiguille que tu t’es rapproché ? »

Sont petit sourire en coin est le point bonus de ce traquenard, tu bottes en touche sans te flatter toi-même. Celui que vous avez ciblé est assis à côté de toi cigarette au bec en train de chercher ce qu’il veut arborer pour écraser les autres rebus de cet établissement. En cherchant du matériel propre tu croises le regard de ton compère, le temps de prendre et poser près de toi le petit pot d’onguent fait maison. Là tout se joue. La réussite de ce plan repose sur cette crème. « C’est quoi ça » fallait t’en doutais, pourquoi tu n’as pas sortie ce truc plus tôt « rien, c’est pour mon confort personnelle. » venant en prendre une lichette tu viens pour l’étaler sur sa peau, évidemment la aussi c’est tellement prévisible comme action. Le poignet rattrapé il te fixe front baissé « c’est quoi CA » tu le laisse faire et le regarde presque agacée. « je vais expliquer quelque chose que ton petit cerveau de mollusque risque de pas vraiment comprendre, de un vu le dessin que tu demande j’aime travailler sur une peau propre, ensuite la biologie ca concerne tout le monde, avec les litres d’alcool et de joint que t’as fumé sa fait pas bon ménage avec le sang qui circules dans tes putain de veines qui deviens aussi liquide que la pisse qui sort de ta bite. Personnellement je n’ai pas envie de ressortir d’ici avec toutes les maladies vénériennes répertoriées sur terre, alors permet moi de passer cette sublime petite crème pour rendre mon travail plus confortable. La ça na rien avoir avec ta gueule je pense uniquement à moi là si ça ne te dérange pas… »

Un silence s’impose entre vous, son regard s’endurcis tu ne lâche pas pour autant l’affaire, si pas de crème pas de gagne. « ok…. Va y, mais sois plus poli la prochaine fois …. C’est un petit conseil que je te donne chérie » tu déglutis, même si t’as beau te le dire, il fou les pétoches quand même. Tu ne fais que baisser la tête et commencer à crayonner au feutre une esquisse de ce qu’il ta demandé sur une feuille avant de la copier sur ton calque carbone une fois qu’il la validé. Tu inspires en voyant le résultat de ses diverses demandes, des démons, des humains soumis, des crânes, l’enfer sur son bras. Une grimace s’affiche sur ton minois caché sous ta capeline. Charmant, vraiment. Bien on commence, celui-ci doit être rapide et efficace comme intervention « dans deux heures je suis sur le Ring poupée alors magne toi le fion » roulant des yeux tu ne fais aucun commentaire, ce ne serait pas à ton avantage vu l’importance de ce bouffon à votre affaire. Tu ferras ce que tu peux en deux heures avec ce qu’il demande, t’es pas speedy gonzales non plus. De toute façon tu n’es pas là pour ton art, mais pour le fric qui va découler de la victoire d’Ethan. Après plus d’une demi-heure de tracé tu lèves la main et soupire. Un œil sur lui tu poses l’appareille « je vais me chercher un verre j’ai besoin d’une petite pause » et besoin de parier aussi, prenant ton clutch noir pour en sortir ton téléphone et répondre à ta grand-mère inquiète de ton départ furtif sans plus d’information. Prenant une canette de soda tu te diriges vers la ou les paries semblent donner de la voix.

« je mise ça sur…..haeuuumm …… » oh bordel il s’appel comment déjà tu gonfles les joues alors que le type en face de toi semble perdre patience « celui qui va être contre Anders au prochain combat » son sourcil arqué, tu fais pareille en le copiant , rajoutant un petit montant qui te semble déjà beaucoup pour toi, tu sors une petite liasse de 500$ de tes économies de dessous le matelas pour ajouter au rouleau du vampire « très bien….. » son rire moqueur voulait tout dire, une amateur au pari clandestin, une midinette qui ne sais pas voir les vrais gagnants, tu tapotes la bar pour qu’il encaisse et finalise le pari « comme tu veux ma jolie mais viens pas pleurer la maison ne rembourse pas » prenant ton ticket tu l’enfile dans le bonnet de ton soutif, plus à l’abri ça n’existe pas. Revenant à la table de travail tu t’installe de nouveau avant de reprendre la création au plus vite en jetant un œil sur l’heure qui passe et abusant légèrement du baume pour ne pas se faire surprendre à la dernière minute. Les premiers signes arrivent avec de simples bâillements, passant pour de l’ennuie vu qu’il à le cul vissé sur son fauteuil depuis plus d’une heure. « Ta parié pour qui ? » haussant les épaules tu ne réponds pas tout de suite « je t’ai posé une question » un inspirant tu le regarde sincèrement agacée « si tu veux que je finisse ton tatouage à l’heure vaudrait mieux que tu arrête de m’interrompre toutes les 5 secondes » son petit toc ne te plais pas beaucoup, ne voulant pas jeter de l’huile sur le feu tu baisses les yeux vers les détailles à faire. Tu te figes subitement quand tu sens un froid glisser sur ta nuque et attraper la racine de tes cheveux, ta capeline tombe à la renverse. Comme un petit chaton attrapé par la peau du cou tu n’oses plus bouger « je t’ai déjà dis d’avoir un minimum de respect chérie, je me répèterais pas d’accord »

Ton cœur se met à battre la chamade furieusement, l’adrénaline et les vieux souvenirs se mélange. Tu avales ta salive comme la chose la plus compliqué du monde, c’est dans ses moments là que tout nous revient en tête, l’odeur de Roxane, sa voix, les cries de Kaya. Inspirant pour calmer ce mauvais souvenir. Voyant ton silence il prend ça pour acquis et relâche la prise doucement pour poser la main sur tes épaules « c’est mieux comme ça » tu fixes la table comme une échappatoire, pourquoi tu ne peux pas lui écraser la machine dans la gueule, ah oui attend, il doit te faire gagner un paquet de fric ! Garder son mal en patience, si besoin c’est l’autre qui prendra à la fin de tout ça. Fermant les yeux tu laisses partir cette mauvaise impression de déjà vu qu’il ta soufflé en te choppant le cou. « Ton bras me gêne pour travailler… » À te tripoter les cheveux comme un poupon. « ah ? bien ici ça va pas te gêner » tu grinces des dents y à trop de chose que tu refoules en même pas deux trois heures ici, c’est plus qu’une détox qu’il faudra que tu fasse. Enlevant sa main de ta cuisse tu le regarde froidement. Trop c’est trop faut pas abuser non plus de ta patience et de ton calme « Alors que les choses soit claire, tu mates avec les yeux, tu bandes avec la queue, mais tu touches pas avec les doigts »

Son regard écarquillé montre sans nul doute la surprise « s’il vous plait ? » après ce dernier contact tu replonge tête baissée pour finir comme tu peux avec le temps impartie ce tatouage. Tu le sens exaspéré ou alors le baume commence à faire effet petit à petit il ne répond même plus à tes provocations et décide de ce caler dans le fauteuil le temps que sa finisse en gardant lui aussi le regard sur ce qu’il se passe et attendre son tour pour le combat. Tu vois le bout du tunnel mais pas la temps de finir il t’attrape le poignet et te fais en plus un raturrage sur ton œuvre tu affiche une mine déconfite avant de comprendre que c’est l’heure ou tout va se jouer « bouge pas d’ici, ta un truc a finir » il te montre son tatouage comme un ordre. Tu ne sais pas trop quoi faire en le regardant partir vers le centre de cet établissement, au passage tu croises le visage de ton complice qui suit la foule. Tu te pinces machinalement la lèvre en tenant la machine encore allumée dans ta main, levée, droite comme un i pour les regarder partir. Avec la dose de baume que tu lui à mise tu espère, même pour ce vampire, que tout ce passera comme il l’avait prédit.





Darkness is your candle.
Nymphadora Tonks ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» VANIYA et jezabel !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (Fév 2011)
» RERE Trotteur français et Jezabel !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» SIRO trotteur français et jezabel !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» Ethan | Il ne faut pas toujours se méfier de tout le monde.
» Débuter sur l' ETANG DE THAU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPS en Cours-
Sauter vers: